An artist honors another: In memory of Liz Davidson…

To mark the month of poetry, France Mongeau, writer, professor of literature, and member of the DAR Artistic Committee, has chosen a poem that she dedicates to the memory of Liz Davidson, recognized artist and valued member of our community, who passed away on Tuesday January 12. 2021.

Liz was not only a great artist but also the co-founder of the Tour des Arts and several other cultural organizations in the region.

Our most sincere condolences to her family and friends.

The DAR team

Blue Study 8, 2020. Oil on canvas
by Liz Davidson
Source: lizdavidsonartist.blogspot.com

Les oies de Riopelle

To Liz and John

1

l’oiseau n’a pas rejoint ses frères assemblés sur les terres voisines

le squelette écartelé de ses ailes s’est accroché aux parois sèches de la grotte où les ocres et les noirs minéraux racontent l’exaltation de pouvoir s’arracher de cette gravité terrestre maudite mal-aimée

gravité du corps sans cesse rappelé par ses propres cendres peau terreuse muscles-rivières gestes amoureux de la rondeur du jour

2

l’oiseau respire encore malgré son immobilité d’argile de poussière et de roc

le souffle de la pierre ranimé par les flammes dessine l’armature fragile et séculaire de la première chair vivante

le réseau des veines est encore visible et dicte dans son impétuosité millénaire le premier envol conservé pour notre mémoire

le premier envol conservé au creux des grottes par les premiers dessins

3

ici l’empreinte n’est plus de poudre d’os mais d’acrylique

et les traces des mains en aplat sur les parois fraîches de l’atelier marquent l’éternelle déroute fiévreuse du corps

le corps grave mais aimant de l’homme incliné au-dessus de son travail

son chagrin pur éclabousse les figures primitives des cercles et des chasses aux grands oiseaux des marais

4

La sensualité des paumes épouse la liberté du vivant dans un assemblage fou de couleurs de ferrailles et de filets

les armes blanches et nocturnes protègent les souffles meurtris étranges sonars du fond des eaux où fraient les premiers atomes

l’aigle blanc du nord rapace incendié par les doigts de l’artiste est un mage espion diseur de bonne aventure

5

les kilomètres de route s’allongent en cascades d’arbres et de prairies jaunes de froid et les oiseaux infatigables fuient

les oiseaux bernaches et malards fuient en scandant leurs cris rappels incessants du parcours à suivre

imprimé dans l’œil et la nervure de leurs ailes le tracé aveugle du nord vers le sud celui-là même gravé sur les parois fraîches des grottes

gravé dans l’ossature du corps le vivant des terres à survoler pour atteindre les grands marais

6

l’or et l’argent des outils jetés sur le sol scintillent dans l’atelier

dans ce fouillis de papier et de pierres sablées passent le rire les robes fraîches et les gestes de la main amoureuse

signaux visibles du ciel pour l’oiseau et ses frères qui telles des fleurs migrantes retournent dans la neige des Nords

la poudre blanche crachée sur la main pour en tracer le contour marque passage repos le travail arraché du sol quelques secondes

le travail oublieux de sa propre gravité levé contre la détresse du monde s’imaginant volcan

 

France Mongeau
Les oies de Riopelle dans « Le choc de l’art ». Montréal : Arcade no 59, 2003