Tri Cycles Entrelacs : Trois artistes, trois disciplines, un carrefour culturel

Introduction

Le 14 mai a eu lieu la présentation de Tri Cycles Entrelacs, un spectacle multidisciplinaire réunissant les arts du cirque, les arts visuels et les arts littéraires au Parc culturel D’Arts et de rêves.

Sous la direction artistique de Jean-Jacques Pillet, l’œuvre a été créée aux Studios DAR Sutton pendant une résidence de trois semaines au cours de laquelle trois artistes ont été appelés à collaborer pour produire et présenter ensemble une œuvre originale conjuguant leurs différentes disciplines artistiques.

Le projet

Le thème orignal de l’œuvre devait être « La planète ferme… le choc ! ».  Il a cependant été remplacé par celui du livre Le jardin sablier de l’écrivaine Michèle Plomer qui devait se joindre aux deux autres artistes―arts visuels et arts du cirque―mais a malheureusement dû se désister à la dernière minute pour des raisons de santé.

carte

Au haut de la carte : Nathan Biggs-Penton, Sébastien Pesot, Véronique Pascal

La Nature avec ses cycles, ses exigences et sa munificence, sans parler de la vaste mythologie qu’on lui associe, a été source d’inspiration pour les trois artistes―Nathan Biggs-Penton, artiste de cirque, Sébastien Pesot, artiste en arts visuels, et Véronique Pascal, dramaturge et interprète. Ils ont proposé une réflexion sur notre relation avec la Nature et l’effet des deux dernières années sur notre manière de la percevoir et d’y vivre.

Le résultat

Une œuvre en trois cycles, où les visiteurs étaient invités à déambuler dans le parc et à travers le Studio A, s’arrêtant le temps de s’immerger dans le monde de chaque artiste, pour ensuite continuer le parcours vers le prochain tableau vivant.

Intéressant de voir le Parc culturel servir de toile de fond qui se transforme, devenant vivante, splendide, une partie intégrale de l’expérience vécue par le public.

Arts du cirque

Il faut dire que les artistes ont joué avec des éléments du lieu.  Par exemple, l’acrobate Nathan Biggs-Penton a interprété une partie de son numéro au haut de la grande cheminée récemment érigée pour accueillir les martinets ramoneurs.  Il a aussi fait usage de la topographie du terrain en remontant la colline à culbutes !

Nathan sur cheminee

Nathan Biggs-Penton sur la grande cheminée

L'Art du mot

Nous étions ensuite invités par la jardinière errante, Véronique Pascal, à planter des semences dans l’herbe, afin d’y laisser une trace de notre plus grand souhait.  Son costume coloré faisait écho à Vroom, la sculpture rouge vif de Don Davidson érigée derrière elle et, plus tard, au banc rouge où elle s’est assise pour nous parler des Pixies.

Crédit : Katherine Godbout

veronique

Véronique Pascal dans son costume coloré

Arts visuels

L’agora du parc qui servait de point de rassemblement était pourvu de drapeaux à fleurs de la série Mal floral de Sébastien Pesot.

Lors de la visite des groupes scolaires les 12 et 13 mai, ces drapeaux ont été distribués à un représentant de chaque classe qui, avec plaisir, a piqué son drapeau sur la colline, marquant ainsi l’arrivée de son groupe.

Crédit : Sébastien Pesot

pesot drapeaux

Les élèves dans l'agora, les drapeaux flottant au vent

Dans son vidéo On balance, on s’en balance ! des images hétéroclites du lieu et d’objets familiers se suivaient en boucle, suggérant la libre association d’impressions et d’idées qu’un revirement de perspective nous permet.

Trois tableaux différents mais fluidité sans faille

La transition entre ces différents tableaux se faisait avec une fluidité naturelle, où les artistes s’interpellaient, soit par le son d’une trompette, un mouvement de la main ou une pause dans la trame.  Le public continuait alors son chemin et reprenait le narratif au prochain poste.

Ce narratif était ouvert à interprétation.  En effet, on complétait le cycle après avoir visité les trois tableaux, mais aucun de ceux-ci ne représentait le début, le milieu ou la fin.  On quittait les lieux avec un sentiment de s’être fait dire quelque chose d’intime, mais difficile de l’exprimer, les mots semblaient nous manquer.  De petits moments d’épiphanie se pointaient mais partaient aussitôt au vent, comme les poufs d’un pissenlit... l’état d’esprit d’un après-midi couché dans l’herbe.

Retour sur le projet

La présentation au Parc culturel a été suivie par une activité de médiation avec les artistes, tenue sous forme d’un 5 à 7 à L’École d’art de Sutton.  Cette rencontre animée par Jean-Jacques Pillet a permis aux artistes de s’exprimer sur leur processus créatif, leur philosophie, leur approche face à la création, et aussi de partager l’expérience qu’ils ont vécue.  Un moment convivial qui a bien clôturé l’événement tout en mouvement.

5 a 7

De gauche à droite : Sébastien Pesot, Nathan Biggs-Penton,
Véronique Pascal et Jean-Jacques Pillet 

Merci à nos partenaires

D’Arts et de rêves tient à remercier nos partenaires sans qui nous n’aurions pu réaliser cette grande aventure : le Conseil des arts et des lettres du Québec―Montérégie Est; la MRC Brome-Missisquoi; L’École de la Clé-des-champs à Dunham; L’École Saint-François-d’Assise à Frelighsburg; L’École d’art de Sutton; et les nombreux et merveilleux bénévoles qui ont contribué de leur temps et de leur expertise.

 

Par Natasha Evoy