Inauguration du Cocon à poèmes, dimanche le 29 mai 2022

Mot de clôture de Marie Clark

Quand on m’a demandé si j’avais une idée de projet qui rassemblerait la communauté de Sutton et d'Abercorn, j’ai lancé spontanément : « On pourrait faire un arbre à poèmes ! »

Il ne faut jamais demander à une écrivaine si elle a des idées.

J’ai lancé cette idée sans réfléchir.  Les idées sont comme ça, elles jaillissent sans qu’on s’y attende.  Il faut toujours commencer par rêver.  Cette idée a plu aux organismes communautaires du village, on m’a demandé de la mettre sur papier, de l’élaborer.

L’arbre à poèmes s’est rapidement transformé en cocon à poèmes quand je suis tombée sous le charme du cocon conçu par Paulette Vanier au cours d’une promenade.  Il était dans le Parc culturel D’Arts et de rêves, comme s’il nous attendait.

Et nous voici...

Porter un tel projet, c’est comme porter un livre.  Il nous habite longtemps avant d’exister.

Il a besoin que d’autres y croient.  Que d’autres le portent avec nous.  Toute une équipe derrière moi y a cru et l’a porté avec moi.  Je veux prendre le temps de les remercier chacun, chacune, du fond du cœur.

  • PATRICIA LEFEBVRE, directrice du Parc d'environnement naturel de Sutton (PENS), enthousiaste dès le départ, qui a généreusement partagé sa fidèle coordonnatrice.
  • DIANA MARTINEZ qui m’a assistée de manière posée, magique et indéfectible, tout au long du parcours; elle a assuré le suivi auprès des participants, conçu et diffusé les affiches, assuré la promotion des ateliers et le suivi du budget.
  • NATHALIE DÉSILETS, céramiste de l’atelier Amaranthe, qui nous a généreusement accueillis dans son atelier et a rendu possible la confection et la cuisson des plaques poétiques.
  • NATASHA EVOY et NICOLE CÔTÉ de D’Arts et de rêves qui nous accueillent dans leur magnifique parc et fournissent le système de son.
  • HUGO LÉVESQUE, organisateur communautaire de la santé publique du CIUSSS de l’Estrie, instigateur de ce projet et subventionneur.
  • MARIE-CLAUDE PLASSE, agente culturelle de la ville de Sutton, pour sa rigueur, son dynamisme, les prises de notes lors des réunions, les rappels des tâches de chacun, la promotion sur le site de la ville.
  • PAULETTE VANIER qui a fait une beauté au cocon, a magasiné les attaches et m’a aidée à installer les poèmes dans le cocon.
  • CAMILLE LEDUC, enseignante de 3e année à l’école primaire de Sutton, qui a sauté à pieds joints dans l’aventure avec ses élèves.
  • DAPHNÉE POIRIER, directrice du CAB, pour le prêt d’équipement, dont le fameux projecteur à Powerpoint qui m’a donné quelques sueurs.
  • MIKAËL THEIMER, photographe, qui sait se faire invisible tout en mettant les gens en confiance et qui a documenté le projet de magnifiques photos.  Ainsi que PAUL KHINNIS, photographe bénévole du PENS, qui a remplacé Mikaël lors d’un atelier.
  • ET IL Y A VOUS, membres de la communauté, des plus jeunes aux plus âgés, qui avez également accepté de porter ce projet fou avec moi, avec nous.  Sans vous, sans votre engagement et votre participation, rien n’aurait eu lieu.

Je suis encore ébahie par votre CONFIANCE, votre ENTHOUSIASME et votre CONSTANCE tout au long des ateliers de poésie et de la réalisation de votre plaque poétique.  Et vous êtes présent-présente aujourd’hui pour célébrer l’aboutissement de cette œuvre collective.  C’est quelque chose !

La poésie

Beaucoup de choses nous divisent au quotidien : nos opinions, nos intérêts, nos mentalités, nos croyances, nos âges, notre éducation, nos origines, nos classes sociales.  La poésie, elle, possède la capacité de nous rassembler, tous, sans discrimination.

La poésie traverse les frontières, les générations, les langues, les cultures et les religions.  La poésie s’adresse à tous, parle au nom de tous, de ce que nous avons en commun : la force de nos émotions ainsi que notre désir de beauté et de transcendance.  La poésie nous rappelle chaque jour et depuis toujours que, malgré nos différences, nous partageons une même humanité.  La poésie existe partout autour de nous, pour peu qu’on lui laisse un peu de place, elle existe, pas seulement autour de nous mais en chacun de nous.  Le Cocon à poèmes est là pour nous montrer qu’il y a un-une poète en chacun-chacune de nous, capable de créer un monde neuf, différent et inclusif.  Longue vie à la poésie !

Et vive le Cocon à poèmes qui attend votre visite et ce jusqu’au 1er septembre 2022.

Reconnaissez-vous vos voisins ou amis poètes ?

Voici quelques photos prises par Mikaël Theimer lors de l'inauguration du fameux Cocon à poèmes.  Un moment magique !  Inénarrable !  Une parade des plus joyeuse dans le village sous la houlette de Madame Zazou, bergère d'occasion.  Des étincelles dans les yeux de tous les participant-es.  La poésie à l'honneur.  Découvrir leurs poèmes accrochés au Cocon était très émouvant.

 Merci à toute l'équipe !

1-284862964_133203555999376_1399322669009841114_n
2-284682991_133203745999357_1042169356725243779_n
3-284713656_133203855999346_738637677176505653_n
5-285035071_133203952666003_2838689911922252637_n
4-285219352_133204169332648_4363114087354925488_n
7-284859110_133204409332624_6692040585238028698_n
6-284846023_133204245999307_436152404804083386_n
8-284589313_133204722665926_440426467374868290_n
9-284923630_133204609332604_7426891786553277828_n
11-285034091_133204452665953_8081930639080547171_n
111-284800148_133204342665964_5442638213266046782_n

Marie Clark et Nathalie Désilets,
deux artistes heureuses.

Je suis sans mot devant l'ampleur du projet, la beauté du
lieu—en faisant abstraction du système électrique, si près !

Le chemin menant au cocon à poèmes, les clôtures-bordures,
comment rester sur sa faim,

jusqu'à la découverte de LA MAGIE, et de tous ces mots de tous âges...

BREF une grande beauté que je souhaite ressentie par le public.

Céline Larouche