Le bulletin D’Arts et de rêves
en ces temps de COVID-19

 

Bonjour à tous,

Nous espérons que vous allez bien et que vous restez prudents. Pour cette troisième édition de L’art et le beau, nous vous donnons des nouvelles du Parc. Il ne connaît pas le Corona virus et il demande son entretien annuel pour se refaire une beauté après l’hiver.  Aménagements, nettoyage et plantations, bref, ce n’est pas le travail qui manque. L’équipe de D’arts et de rêves y consacre beaucoup de temps afin que vous soyez fiers de lui. Merci à Paulette Vanier qui poursuit son admirable travail avec nous. Malheureusement, ce n’est pas le bon temps pour faire appel aux autres bénévoles. Nous savons que vous êtes nombreux à vouloir mettre la main à la pâte. Dès que les mesures le permettront, nous ferons appel à vous.

À D’Arts et de rêves, on adapte notre gestion à la situation actuelle. Notre assemblée générale annuelle (AGA) s’est tenue ce matin, par vidéoconférence. Les membres y ont été conviés. C’est aussi le temps de renouveler votre adhésion annuelle! Pour ceux qui ne sont pas encore membre de D’Arts et de rêves, nous avons plus que jamais besoin de vous. N’hésitez surtout pas : https://dartsetdereves.org/devenez-membre/

Aujourd’hui, nous vous présentons l’œuvre de Anke Vanginhoven, «L’attente du printemps» au nom on ne peut plus prédestiné en ce moment où quelques grains de neige tombent sur Sutton. La sculpture est située près de l’entrée de la résidence, juste avant le petit pont.

Fait de marbre italien de « Carrare », elle provient de la célèbre carrière du même nom, où le grand Michelangelo se procura le marbre pour nombre de ses sculptures, dont son célèbre David.

Anke Vanginhoven, résidente de Sutton, a un parcours artistique des plus original. Diplômée de la Museumschool d’Amsterdam, puis de l’École des Beaux-arts de Montréal, elle obtient sa maîtrise en Arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal en 1985. Anke est pluridisciplinaire. On retrouve sur son parcours des matériaux et des pratiques diverses : papier, bijoux, tapisserie, sculpture, céramique, pour ne nommer que ceux-là. Elle remportera au cours de sa carrière plusieurs concours d’intégration des arts à l’architecture.

Anke (en bleu à gauche) en compagnie de Michèle Vigeoz et Karina Sasseville.

L’attente du printemps est une œuvre d’intériorité. Les lignes sont pures et laissent place à la force, à la beauté du matériau. Le glissement évoqué suggère la transition, l’émergence, le renouvellement. La tension créée par l’artiste ne laisse aucun doute quant à la succession à venir. Il y aura un après, sans que l’on sache qui émerge, qui naît, qui disparaît. C’est la beauté d’une œuvre riche, elle est ouverte aux interprétations. Il ne pouvait y avoir meilleur œuvre pour accueillir nos artistes en résidence.

Bon courage à tous. L’attente du printemps n’a jamais si bien porté son nom. Et oui, le parc est toujours ouvert pour une petite promenade. Il est possible d’y déambuler en respectant les distances préconisées par la santé publique.

À bientôt,

L’équipe D’Arts et de rêves