En ce début d’hiver, nous aimerions souligner l’apport de deux résidents de Sutton : Louise Comtois et Paul Morency. Ce couple aime aider et œuvre dans plusieurs organismes; D’Arts et de rêves est un de leurs projets privilégiés. Prenez plaisir à les découvrir…

Louise Comtois et Paul MorencyLe plaisir de croire au même projet…

Vous avez peut-être déjà eu le plaisir de croiser Louise Comtois et Paul Morency : ce jeune couple, des retraités actifs, a adopté Sutton pour l’environnement, les gens et la qualité de vie qu’on y retrouve. Les deux choisissent de donner de leur temps à des projets qui les allument, chacun a ses projets préférés car ainsi va la vie, quoique D’Arts et de rêves est un des projets qu’ils ont d’un commun accord adopté.

Comment ont-ils découvert D’Arts et de rêves ?

Louise, qui assiste régulièrement—et cela depuis belle lurette—aux séances du conseil de ville de Sutton, se rappelle un soir en 2015 où Nicole Côté, Henri Lamoureux et compagnie étaient présents car ils avaient demandé une dérogation pour le terrain sis au 57, rue Principale Nord. Louise, qui suit de près les dossiers à l’hôtel de ville, a par la suite surveillé d’un œil intéressé l’évolution de la demande car elle était fascinée par ce projet innovateur d’une résidence d’artistes et d’un parc culturel.

Paul MorencyPaul quant à lui se rappelle la deuxième édition du Symposium international de sculptures de Sutton—Monumentum prévu pour août 2015. Pour accueillir les artistes invités, il y avait beaucoup de travail à faire sur le site, tant dans la grange qu’à l’extérieur, et des corvées avaient été prévues (voir infolettre juin 2017). Paul, avec d’autres gens aussi généreux que lui, s’est relevé les manches et a nettoyé le terrain, abattu des arbres, brulé des branches… Puis durant le Symposium, Paul s’est amusé à faire des photos et a même tourné un court vidéo.

C’est ainsi qu’a commencé la relation ponctuelle, mais fidèle, de Louise et Paul avec l’organisme D’Arts et de rêves.

Louise et Paul font bonne équipe depuis maintenant presque dix ans. Ils aiment travailler ensemble et unir leurs forces créatives et physiques pour mener à terme des projets.

  • La retraite ne signifie pas s’arrêter, au contraire : on veut continuer à aider, à participer, à faire une différence…
  • Puis travailler à deux c’est motivant, on s’aide, on s’encourage et on économise sur l’essence !

Bénévolat à D’Arts et de rêves

Grand déménagement
Paul a participé au grand déménagement de 2015 (voir infolettre septembre 2017) Lors d’une journée automnale pluvieuse et humide, on se suivait, telle une caravane avec nos voitures et remorques pour transporter les tables, chaises, lampes, lits… qui allaient meubler la résidence d’artistes. Ce fut une corvée gratifiante car on donnait vie à la résidence et, pour fêter le tout, on a eu droit à un très bon gueuleton en agréable compagnie !

Louise et Paul corvée aménagementCorvées aménagement paysager

Peut-être avez-vous vu en descendant au village cet été des gens qui travaillaient à l’aménagement paysager près des stationnements, dont celui en pelouse renforcée. Il fallait planter des arbres, arbustes et vivaces afin d’embellir et de colorer cet espace vert (plan d’aménagement paysager d’Emmanuelle Tittley, voir chapitre 5 de La petite histoire D’Arts et de rêves)… Louise et Paul y étaient : Louise parce qu’elle aime jardiner, adore les fleurs et les beaux aménagements, et Paul car il avait l’occasion de travailler avec sa dulcinée, tout en s’amusant à transporter du paillis (quel homme n’aime pas conduire un tracteur ?), à pelleter, planter, transplanter…

Paul dans la grangeCorvée ménage de la grange

Cet automne, par un bel après-midi quelque peu frais, Paul a eu le plaisir de travailler en ravissante et bonne compagnie : Miryam St-Pierre et Nicole Côté. Le trio a fait du ménage et du rangement dans la grange; puis en travaillant fort, ils n’ont pas eu le temps de trop geler…

Louise ComtoisCartes de Noël

Avez-vous visité le Marché de Noël de Sutton cette année ? Louise, déguisée en Mère Noël, est une des bénévoles qui y était pour vendre des trios de cartes D’Arts et de rêves et nous aider ainsi à atteindre, voire dépasser notre objectif de socio-financement.

Pourquoi donner de son temps à D’Arts et de rêves ?

D’abord parce que D’Arts et de rêves, de par son nom, fait un peu rêver, nous dit Louise. Le fait d’aider à bâtir, à aménager ici à Sutton un environnement propice à la création pour les artistes d’ici et d’ailleurs, puis de voir évoluer ces gens plein de talents est un cadeau en soi, ajoute Paul. Sutton est reconnu pour sa communauté artistique et cette résidence qui ouvre ses portes à des gens venus d’un peu partout au monde est une plus-value pour chacun de nous.

Louise et Paul s’entendent pour dire que D’Arts et de rêves leur permet de rencontrer des gens extraordinaires, sympathiques et généreux, de placoter, d’échanger et d’apprendre de bénévoles, qui comme eux, ont de riches parcours de vie. Quand on donne de son temps à cet organisme, c’est apprécié : il n’y a pas de compétition, chacun travaille à son rythme, nos limites sont respectées, nos contributions valorisées.

Il n’y a pas que les corvées qui suscitent de belles rencontres. Rappelez-vous l’inauguration officielle du 18 juin 2016 (voir infolettre décembre 2016) ; le projet Entremaille (octobre 2016) ; les Chemins de l’histoire l’exposition conjointe de Louis Lefebvre et Héritage Sutton avec des photos rappelant l’histoire de Sutton (juillet 2017) ; les rencontres avec les artistes en résidence dont Isabelle Renaud (novembre 2016), Kerttu Pussinen (juin 2017), Mathieu Leroux (novembre 2017)…

Puis en juillet 2017, il y a eu la fête des bénévoles, une rencontre annuelle qui deviendra vite une tradition pour souligner l’apport remarquable de nos bénévoles. Cette année, on a participé à un rallye artistique, en équipes formées de façon aléatoire, et on a bien ri !

Que souhaitent Louise et Paul à D’Arts et de rêves ?

Tous deux s’entendent pour dire qu’ils souhaitent longue vie à ce projet à deux volets—résidence d’artistes et parc culturel—car c’est plutôt unique que de combiner le cirque contemporain, les arts littéraires et les arts visuels dans un site aussi exceptionnel, qui de plus donne fière allure à notre ville.

Puis Louise et Paul rajoutent qu’ils espèrent bénévoler longtemps pour D’Arts et de rêves. Pourquoi ? Pour le simple plaisir de contribuer et, égoïstement ajoutent-ils, pour le plaisir de découvrir des artistes, d’admirer leurs œuvres et de rencontrer de nouveaux bénévoles et amis.

Autre bénévolat…

Louise et Paul mènent des vies très actives, leur retraite est loin de signifier l’oisiveté. Pas question ici d’énumérer toutes leurs activités, mais suffit-il de souligner qu’en 2017…

Louise a entre autres travaillé à la conception et la production de livres pour enfants vivant avec une déficience visuelle et futurs utilisateurs du braille; animé des sessions d’information pour parents et enseignants de ces jeunes 0-5 ans; accueilli les visiteurs lors du Festival de violon traditionnel; accompagné un enfant dans l’aide au devoir; participé à un potager communautaire; accompagné une voisine lors de ses rendez-vous médicaux; contribué à la mise sur pied du mouvement « Des mères pour Sutton »; et récemment été invitée à siéger au comité de suivi pour augmenter les chances de réussite de la Politique Famille et aînés de Sutton (Louise rêve de voir les gens résidant au Centre d’hébergement de Sutton s’émerveiller dans les sentiers du parc culturel D’Arts et de rêves).

Paul n’est pas en reste puisqu’il siège au CA du Musée des communications et d’histoire de Sutton où il contribue entre autres à l’entretien des bâtiments; a numérisé une série de photos pour Héritage Sutton; a numérisé des photos pour le 120e de la salle communautaire de Sutton Junction, photos qui furent présentées en boucle et fort appréciées de tous; chante une fois par mois à la maison de retraite de Cowansville (rue Principale et Albert); accueille une fois par mois les visiteurs au Musée de la pêche à mouche de Waterloo; fait, sur demande, de petits travaux à la Salle Alec et Gérard Pelletier; et dépanne au besoin amis et connaissances dépassés par la technologie.

C’est ainsi que l’on aime nos bénévoles, des gens débrouillards et pleins de bonne volonté : merci Louise et Paul !

P.S. : Depuis les premières corvées à D’Arts et de rêves, on a vu plusieurs couples travailler ensemble; vous en connaissez sûrement. Peut-être parlerons-nous d’autres couples dans un numéro subséquent…


Notre sixième chronique bénévole sera publiée au printemps 2018.

De qui s’agira-t-il ? À suivre…